Le monde vert

Mon avis sur le monde vert de Brian Aldiss

Une terre en vie hors du commun. L’auteur nous dépeint un monde végétal où l’Homme est devenu la proie de tous. Un univers inoubliable. 

RESUME : La Terre se meurt sous la menace du Soleil sur le point d’exploser. À la surface s’étend une immense jungle peuplée de végétaux qui se sont peu à peu adaptés à cet environnement hostile. Les derniers descendants de l’espèce humaine tentent tant bien que mal d’échapper aux nombreux périls qui les entourent.

Le navire des glaces

Mon avis sur Le navire des glaces de Michael Moorcock

un bon roman post-apocalyptique où la glace recouvre la planète entière.  La civilisation humaine s’est adapté et s’est reconstruite dans cette univers glacé très bien décrit. On l’a découvre à travers les yeux d’un capitaine-baleinier.  En fait c’est un roman sur l’univers de la marine à voile sur laquelle repose entièrement cette nouvelle civilisation. On est facilement embarqué dans cette univers. Il y a une nette tendance à la dramatisation mais cela ajoute du charme à l’ouvrage. Les personnages sont assez intrigants, bien que peu attachant d’après moi. La fin est abrupte mais elle est crédible. Je ne m’attendais à rien de moins du personnage principal.

RESUME :

Certains osaient dire que le soleil se réchauffait, que la Glace-Mère était mourante : des impies ! Jadis, il y avait eu la saleté, le vert, la vie ; mais la mort a toujours le dernier mot. Konrad, le capitaine fou, était l’Élu de la Mère, le seul homme capable de conduire un vaisseau jusqu’à New York, à la recherche du savoir qui changerait le monde. Et ça se savait.

Aux quatre vents de l’univers

Mon avis sur Aux quatre vents de l’univers  de Frank Dartal

Lu pour le challenge « narrateur » de Booknode.

Sans intérêt. Le roman manque d’actions et simplifie trop les choses. Le personnage principale est plat et ses réactions face aux événements manque de réalisme. Les mutations des différentes créatures, suite guerre atomique, sont surprenantes, cependant. Enfin, la conclusion parait précipitée et nous laisse sur notre faim.

RESUME : Alors que Jim Shar vient d’entrer en vie suspendue dans le Dicel du professeur Muldaur, une guerre atomique éclate. Les trois quarts de l’humanité sont détruits. Que reste-t-il de l’homme ? C’est la question que se posera Jim Shar en s’éveillant, dix mille ans plus tard, dans un monde qu’il ne reconnaît plus.